Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger 

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019  

L'huître de Ponge au bac de français. Analyse littéraire et questions envisageables le jour du bac

Du francais a la philo

Le parti pris des choses, Ponge à l'oral de français. L'organisation du poème, la description de l'huître. Un monde métaphorique

 

Demande de préparation orale

Séquence poésie

 

 

Ponge l'huître 

L'huitre, le parti pris des choses, 
Ponge 


Introduction : 


Francis Ponge poète contemporain du XX siècle auteur qu'on peut rapprocher du mouvement surréaliste, publie en 1942 ,un recueil intitulé le parti pris des choses rassemblant 32 petits poèmes en prose consacrés aux choses les plus ordinaires , les plus banales ,décrivant des éléments de la vie quotidienne.Il s'agit des choses au sens large , c'est à dire d'animaux (crevettes, papillons) ,des minéraux (le galet) des objets (le cageot,la bougie) des comestibles (le pain ,l'orange).Il tente ainsi d'offrir une autre vision des choses en leur conférant une fonction et une beauté nouvelles.Il refuse le lyrisme, et l'utilisation d'un langage artificiel. La poésie doit venir de l'objet décrit. Le poème étudié s’intitule l’huître .il réussit à travers ce poème à transformer l'objet le plus banal en un univers étonnant et poétique. 

problématique : 
Comment le poème en prose parvient-il à rendre poétique un objet ordinaire ? 

 lecture du texte: 

L'huître 
L'huître, de la grosseur d'un galet moyen, est d'une apparence plus rugueuse, d'une couleur moins unie, brillamment blanchâtre. C'est un monde opiniâtrement clos. Pourtant on peut l'ouvrir : il faut alors la tenir au creux d'un torchon, se servir d'un couteau ébréché et peu franc, s'y reprendre à plusieurs fois. Les doigts curieux s'y coupent, s'y cassent les ongles : c'est un travail grossier. Les coups qu'on lui porte marquent son enveloppe de ronds blancs, d'une sorte de halos. 
A l'intérieur l'on trouve tout un monde, à boire et à manger : sous un firmament (à proprement parler) de nacre, les cieux d'en dessus s'affaissent sur les cieux d'en dessous, pour ne plus former qu'une mare, un sachet visqueux et verdâtre, qui flue et reflue à l'odeur et à la vue, frangé d'une dentelle noirâtre sur les bords. 
Parfois très rare une formule perle à leur gosier de nacre, d'où l'on trouve aussitôt à s'orner.  

Francis Ponge - Le parti pris des choses (1942) 

Nous verons d'abord comment le poème est une description puis une poétisation de l’huître. 

1)le poème est d’abord une description : 
a) l’organisation du poème 


L'organisation du poème s'articule autour de 3 paragraphes de plus en plus courts : en fonction de la grosseur des éléments décrits : 
Le premier paragraphe est constitué de 5 phrases ,on trouve une vision extérieure : l’huître close, dans son intégrité et la méthode pour l’ouvrir. 
Le deuxième paragraphe est constitué d'une phrase longue et décrit l’intérieur de l’huître : le monde caché qu’elle renferme puis le dernier est composé d'une seule phrase et nous parle de la perle : la symbolique de l’objet : il faut accepter de dépasser l’aspect extérieur, l’apparence pour aller à la rencontre de la réalité qu’elle renferme. Le texte souligne aussi la difficulté que cela représente : l’homme doit se blesser pour l’ouvrir (l 7) 

b)les éléments de la description : 

Ponge nous fait une description très précise de l’huître fermée : elle est comparée à un « galet moyen », au moyen de comparatifs de supériorité  (« plus rugueuse ») et d’infériorité (« moins unie »). Tout est décrit, sa forme, sa taille, sa couleur, à l’aide du vocabulaire des cinq sens comme la vue avec les termes« apparence, grosseur, brillamment » le toucher :  « plus rugueuse, la tenir, visqueux »,le goût : « boire, manger » et enfin l’odorat avec « l’odeur » 
L’objet est vu sous tous ses aspects, positifs comme négatifs : c’est un objet dur et mou à la fois (« galet # s’affaissent, couteau # visqueux) , le suffixe « âtre » est utilisé pour montrer sa laideur ( « blanchâtre, verdâtre »)L’huître est donc un un objet qui fascine et répugne en même temps grace a l'oxymore suivant : «« brillamment blanchâtre » associe un terme positif à un terme négatif .On peut voir que les sons sont associés a cette description ,avec beaucoup de consonnes et d’accents circonflexes qui imitent la forme en double coquille de l’huître. Les allitérations en r imitent la rugosité de la coquille . 

la description est une tentative pour voir l’objet sous tous ses aspects, positifs et négatifs. Le texte se présente de manière structurée, comme une définition, mais qui n’a malgré tout rien à voir avec celle du dictionnaire. Ponge veut dépasser le simple aspect banal de l’objet pour permette d’en saisir son « essence » : seule la poétisation de l’objet peut l’y amener. 

2)la poétisation de l’huître: 
a) la mise en valeur de l’huître 


Nous allons voir comment l’huître est mise en valeur : elle devient un « objet vivant ». 
Ponge transforme l’huître, objet banal, en sujet poétique grâce à une métaphore principale qui humanise l’objet . En effet, certaines expressions lui attribuent des qualités relatives à un être vivant : V 3 : « opiniâtrement clos » : démontre une volonté propre ; V8 :  «  les coups qu’on lui porte » : comme dans une lutte, semble se défendre ; V 12 « s’affaissent » comme si elle était vaincue ; V16 « le gosier » s’applique normalement à un animal ou un humain. 
On perçoit la présence de l'homme mais celui ci est en arrière plan , le « on » au vers 4 nous suggère cette présence sans toutefois pouvoir l'identifier. 
De plus certains actions nous sont suggérées sans que l’on puisse le voir « les doigts curieux » V6 ,7 c’est un Hypallage (déplacement du mot qui qualifie vers un autre mot pour ne pas désigner clairement la personne ici).Nous pouvons aussi entrevoir l'idée d’une lutte entre l’huître et l’homme : le rythme ternaire « il faut alors la tenir….se servir d’un couteau….s’y reprendre….) auquel s’associe l’allitération en K « curieux, coupent, cassent) évoquent la violence de la lutte, l’acharnement de l’homme dans les vers 4 à 8 

b) l’huître : un monde métaphorique : 

l’huître une fois ouverte ,mais cela se mérite, révèle ses différents secrets. C'est un monde plein de richesse évoqué par l'expression «à boire et à manger » c'est un véritable « petit univers » ou l'on trouve des éléments naturels comme la terre ,l'eau et l'air avec les mots « qalet, mare , les bords »mais aussi des élements religieux avec le mot « cieux ».Mais attention cet objet est aussi un objet répugnant par son odeur et son aspect « visqueux, noiratre, verdâtre ». 
donc nous avons d'un coté un objet qui fascine et de l'autre un objet répugnant comme le montre ces différentes antithèses « dentelle noirâtre », « cieux s’affaissent » 

Nous avons une transfiguration poétique (le réel est transformé en poésie ) dès lors cette description devient symbolique 

c)la symbolique de l’huitre : une allégorie à la fois de l’écriture du poème et de sa lecture. 

En effet la perle , symbole de perfection ,de rareté est ici associée à la rondeur : celle de l’huître mais aussi celle du cosmos et du monde, tout est lié. La « dentelle noirâtre » peut être le symbole de l’acte d’écrire, les lignes sur la feuille. La perle dont il s'agit est en fait un poème. Le poème est comme l’huitre : il faut réussir à entrer dedans pour en percevoir la beauté, cela demande des efforts et provoque des souffrances, d’où l’image de la lutte entre l’homme et l’objet. Cette difficulté à ouvrir l'huitre est en quelque sorte une invitation à décortiquer le texte et à en apprécier la saveur et le trésor. 
En effet la poésie est un trésor caché, il faut accepter de jouer, de saisir le sens des mots pour en comprendre la richesse.Il s'agit de l' « objeu ». 


Conclusion : 

Le texte L'huître, de Francis Ponge, est donc bien un poème. Cela se ressent au fur et à mesure de la lecture et est confirmé par la dernière phrase. il ne cherche pas à exprimer certaines idées par des images poétiques, il part avant tout de l'objet et ce sont les particularités de cet objet qui l'amènent à une symbolique, il se propose de voir l'objet sous un autre jour, mais en s'imposant toujours de partir de l'objet lui-même..Pour révéler l’huître, il a fallu la détruire, Ponge illustre ainsi ce que représente l’écriture poétique pour lui : le poème est une création mais qui nécessite de détruire le langage pour mieux le reconstruire, lui donner un sens plus parfait. Ainsi un objet repoussant , laid semblera beau. 
Ouverture : Les fleurs du mal 

Du francais a la philo

 

  • Descriptif de l'oral préparé 
  • Questionnaire sur l'introduction
  • Questionnaire sur l'huître dans le respect des axes proposés 
  • Conclusion
  • Ouvertures possibles 
  • Le parti pris des choses 
  • Biographie de Ponge
  • Accéder au document 

 

 

Oral EAF Poésie